Get Adobe Flash player

Editorial

Une communication

au Bundestag 

 Par: Pr Abdallah SAAF 
 Berlin le 20-04-15

Invité à parler au Bundestag le 20 avril 2015 de l’expérience politique marocaine, j’ai tenu les propos suivants :

« Dans le tableau global de la région, on enregistre en cette période six pays en situation de guerre interne, (on ne sait si l’on doit parler de guerre civile  ou de conflits intérieurs en raison des acteurs transversaux impliqués), sept en situation de transition avec d’importantes difficultés, une situation d’occupation (la Palestine), deux situations de vulnérabilité, cinq pays seulement semblent stables, mais le sens, la portée de la stabilité diffère d’un pays à l’autre.... Lire la suite

Notre page sur facebook

Université du Développement Social

Université du Développement Social

Session d’été-Automne

« La société civile et ses nouveaux défis »

ارضية 

البرنامج

المتدخلون

المقررون

 L'argumentaire 

Le programme 

les intervenants

Les rapporteurs

Concept note

Formulaire d'inscription

Spécial membres

Mustapha EL MNASFI

Les jeunes au Maroc représentent 30% de la population ; près de la moitié de cette jeunesse de 15 à 29 ans, selon une enquête de la Banque mondiale, n’est ni scolarisée ni active. Les taux de chômage chez les jeunes de 15-34 ans avoisine les 14,8% et chez les jeunes de 15-24 ans il est proche des 16,7%. Par ailleurs, le Conseil Economique et Social et le Conseil Supérieur de l’Enseignement considèrent que le Maroc doit augmenter à plus de 14 ans l’espérance de vie scolaire, estimée aujourd’hui à 10 ans[1]. Cela se traduit par des sorties précoces du système éducatif.

 

En outre, l’absence de confiance des jeunes envers les institutions publiques est marquée au sein de cette catégorie ; cela se reflète à travers le faible engagement des jeunes dans la vie politique et civile. Dans ce cadre, le Haut-Commissariat au Plan a réalisé une enquête sur la jeunesse de 2012, selon laquelle 6% des jeunes sont membres d’une association de la société civile et seulement 1,3% sont affiliés à un parti politique ou à une organisation syndicale[2].

Ces indicateurs montrent la situation dans laquelle la jeunesse marocaine se trouve et ils permettent aussi d’avoir un aperçu général sur les secteurs prioritaires où les pouvoirs publics doivent intervenir pour lutter contre l’exclusion sociale des jeunes et redonner à ces derniers confiance en les institutions politiques et civiles. De manière générale, les jeunes marocains souffrent d’une exclusion sociale et professionnelle centrée sur des difficultés liées à l’accès à l’éducation et aux formations professionnelles, à la sécurité sociale ainsi qu’à d’autres privilèges sociaux ;ces jeunes sont également exclus de toutes les décisions qui les concernent, plus particulièrement dans leur lieu de résidence.C’est pourquoi nous nous demandons si l’adoption et la constitutionnalisation du Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative permettrait de lutter contre l’exclusion– notamment celle liée à la participation politique – des jeunes marocains ?

En effet, le nouveau texte constitutionnel marocain, promulgué le 29 juillet 2011, évoque pour la première fois la création d’un Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative. Son article 33 stipule que les pouvoirs publics sont invités à prendre toutes les mesures appropriées en vue d’« étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays », « aider les jeunes à s’insérer dans la vie active et associative et prêter assistance à ceux en difficulté d’adaptation scolaire, sociale ou professionnelle » et « faciliter l’accès des jeunes à la culture, à la science, à la technologie, à l’art, au sport et aux loisirs, tout en créant les conditions propices au plein déploiement de leur potentiel créatif et innovant dans tous ces domaines ».

Cette constitutionnalisation de la participation des jeunes dans la gestion des biens collectifs nous invite à poser différentes questions, liées notamment à la façon avec laquelle les jeunes seront sollicités pour participer à l’élaboration des politiques publiques qui les concernent de près : comment les jeunes marocains seront représentés dans cette instance qui vise leur intégration dans l’action publique ? Sur quels critères seront choisis ces jeunes ? En supposant que le choix serait basé sur l’engagement civil, c’est-à-dire l’appartenance à une structure associative, comment seront représentés ceux qui ne font pas partie d’associations ?

Cependant, suite aux ajouts des dispositions précitées au texte constitutionnel, une première rencontre nommée « la journée nationale de consultation avec les jeunes » a été organisée, au mois de septembre 2012. Les objectifs de cette consultation ont été fixés et résident dans la mise en place d’une part d’une stratégie en faveur des jeunes, et d’autre part d’un cadre stratégique du conseil consultatif des jeunes et de l’action associative. En conséquence de cette rencontre, des conseils locaux des jeunes ont été créés afind’élargir la participation des jeunes dans les politiques locales ; ces conseils n’ont pas encore de statut juridique puisqu’il n’existe pas pour l’instant de loi organique définissant leur création et leur rôle. Mais cela n’a pas empêché les pouvoirs publics de soutenir ces conseils locaux, notamment de manière logistique comme c’est le cas dans la ville de Salé. Des discussions rapides avec des jeunes membres du conseil local des jeunes dans cette ville nous ont permis de comprendre que ceux-ci ont assurément envie de contribuer à la fabrication des décisions publiques, notamment celles qui les concernent directement comme la création d’une maison des jeunes, d’une bibliothèque communale, etc. Ces jeunes demandent à être invités à participer dans l’élaboration des programmes publics qui leur sont adressés. Mais la question qui se pose est : est-ce que cette participation de la jeunesse dans la vie locale peut engendrer un rapport conflictuel avec les pouvoirs locaux, plus particulièrement les élus locaux ? La réponse semble aller dans le sens de l’existence d’un rapport conflictuel entre les jeunes et les représentants des pouvoirs publics locaux.Ces derniers traitent souvent les jeunes comme des « gamins », des « incompétents » ou dans le meilleur des cas comme des « enthousiastes ». Les jeunes de leur côté reprochent aux élus le fait d’être des « opportunistes » qui chercheraient juste à satisfaire leurs intérêts personnels. Donc l’absence de confiance entre ces deux acteurs constitue certainement un obstacle fondamental face à toute initiative visant une intégration de la catégorie des jeunes dans l’action publique locale.

La constitutionnalisation de la participation des jeunes dans la gestion des affaires publiques est certainement sollicitée, mais elle ne constitue pas une solution. C’est pourquoi il est à notre avis nécessaire d’adopter, en même temps que la mise en place des structures ou instances visant l’intégration politique des jeunes, une stratégie à long terme qui vise à sensibiliser ces derniers ainsi que les représentants des pouvoirs publics à l’importance d’une collaboration collective entre les deux acteurs. Cette stratégie devrait être basée sur la confiance et l’écoute. Cela ne peut évidemment intervenir qu’à travers la mise en place      d’outils qui permettent d’une part, de former les jeunes et leurfournir les techniques et les moyens qui facilitent leur participation ; et d’autre part, de sensibiliser les représentants des pouvoirs publics, notamment les élus locaux,au fait que les jeunes représentent un acteur majeur de développement et que leur participation dans l’élaboration des politiques publiques qui leur sont adressées constitue une expertise qui aidera certainement les pouvoirs publics.



[1]Ces données sont accessibles sur le site officiel de l’Organisation des Nations Unies au Maroc : www.un.org.ma

[2]Voir le lien suivant : http://www.hcp.ma/Conference-debat-Enquete-Nationale-sur-les-Jeunes-01-Juin-2012_r211.html

News-Letter

Dernières publications

 

Qui est en ligne?

Nous avons 90 invités et aucun membre en ligne

compteurs de visites

03090523
Aujourd'hui
Hier
cette semaine
Administratif
ce mois
mois passé
deouis le début
101
1231
1332
2377094
53366
54680
3090523

Your IP: 54.80.198.173
Server Time: 2018-06-25 00:17:23

en haut

اجتماع المكتب التنفيذي لمركز الدراسات والأبحاث في العلوم الاجتماعية
المقر الجديد لمركز الدراسات والابحاث في العلوم الاجتماعية

Deux adresses du CERSS:
1- Faculté de Sciences Juridiques Economiques et Sociales Rabat-Agdal, Boulevard des Nations Unies, CP. 10080, BP. 721, Agdal, Rabat, Maroc
2- 14, Avenue d'Alger, Immeuble B, Appartement n°3, CP.10020, Hassan, Rabat, Maroc
Tél= 00 212 (0) 537 76 06 76  ---- E-mail: cerss1993@gmail.com

Copyright © 2014. All Rights Reserved.