Get Adobe Flash player

Editorial

Une communication

au Bundestag 

 Par: Pr Abdallah SAAF 
 Berlin le 20-04-15

Invité à parler au Bundestag le 20 avril 2015 de l’expérience politique marocaine, j’ai tenu les propos suivants :

« Dans le tableau global de la région, on enregistre en cette période six pays en situation de guerre interne, (on ne sait si l’on doit parler de guerre civile  ou de conflits intérieurs en raison des acteurs transversaux impliqués), sept en situation de transition avec d’importantes difficultés, une situation d’occupation (la Palestine), deux situations de vulnérabilité, cinq pays seulement semblent stables, mais le sens, la portée de la stabilité diffère d’un pays à l’autre.... Lire la suite

Notre page sur facebook

Université du Développement Social

Université du Développement Social

Session d’été-Automne

« La société civile et ses nouveaux défis »

ارضية 

البرنامج

المتدخلون

المقررون

 L'argumentaire 

Le programme 

les intervenants

Les rapporteurs

Concept note

Formulaire d'inscription

Spécial membres

UDS Université /session 2. Rabat 14-15 mai 2018

« Projet de société et intégration des jeunes »

Le Centre des Etudes et Recherches en Sciences Sociales organise la seconde session de son Université du Développement Social  les 14 et15 mai 2018 à Rabat sur le thème « Projet de société et intégration des jeunes », à partir de 9h, à l’amphithéâtre sis au Secrétariat d’Etat à la Formation Professionnelle, Hay Ennahda II, Rabat.

Les inscriptions sont ouvertes du 27 avril au 13 mai 2018, pour remplir le formulaire d'inscription veuillez cliquer ici .

Plateforme

 Le Maroc compte une population de 34 Millions selon le recensement de 2014. Les jeunes marocains, tels que définis par la stratégie nationale intégrée de la jeunesse 2015-2030, personnes entre 15 à 29 ans, représentent près de 30% de la population totale du pays, soit plus de 8 millions de jeunes, constituant 44% de la population en âge de travailler. Cependant, un jeune sur deux n’étant ni scolarisé ni au travail, une grande partie de la jeunesse se trouve socialement et économiquement marginalisée, soit un total de 4,3 millions de jeunes, ne maitrisant pas suffisamment son sort professionnel dû à de multiples difficultés ne permettant pas d’accès facile à l’entreprise et l’insertion à l’emploi, et est exposée à différentes formes de vulnérabilités et aléas, voire même à l’exclusion sociale.

Malgré les efforts publics, la majorité des jeunes en situation de vulnérabilité sociale (1,7 millions) est issue du milieu rural, représentant 70% des jeunes analphabètes, 75% des pauvres, et 60% des mariages précoces, et 87% de ceux qui ont réussi à décrocher un emploi. Ils se trouvent  sans contrat de travail et en situation vulnérable et informelle, ce qui explique que 10% seulement sont couverts par une assurance santé.

Dans une telle situation, la jeune fille, (et femme) en est la plus affectée (analphabétisme 42%, une femme sur quatre bénéficie d’un emploi 22.7%, 73,2 % d’emploi précoce, 12 % occupent des postes de responsabilité et une marocaine sur 4 est victime de violence.

Devant une insertion socio-économique en difficulté et un niveau bas de participation des jeunes à la chose publique, la situation est particulièrement préoccupante. En effet, si le poids démographique de cette catégorie de la population devrait constituer un atout pour le pays, il s’accompagne également d’un nombre considérable de défis à relever afin de garantir une pleine intégration de la jeunesse au sein de la société marocaine, surtout que cette catégorie fort sensible est exposée à différentes instrumentalisations et frustrations (déscolarisation, chômage, violence, extrémisme, terrorisme, délinquance,) et la conjoncture actuelle de l’ensemble de la région en témoigne fortement. Il existe déjà dans le contexte marocain des éléments d’information sur les stades du développement moral et leur correspondance à des tranches d’âge. 

Dans les circonstances actuelles, il semble nécessaire de rehausser le niveau de la question de la jeunesse au rang de grande priorité nationale. En raison de la pression sociale massive qu’elle représente dans l’ensemble du pays, il s’impose de déployer une réflexion à la mesure du phénomène. Aujourd’hui, la question de l’intégration économique, sociale et politiques des jeunes, population diplômée, instruite et qui demande à être employée revêt une importance cruciale.

La pression sociale est telle que l’Etat ne peut attendre que les politiques d’édification des infrastructures avancent, que des investissements arrivent, que la croissance se réalise, que les systèmes de formation professionnelle et autres soient revus, pour enfin absorber cette force de travail non investie, et devenue une lourde menace pour la stabilité sociale et un facteur de brouillage concernant les différentes réformes menées dans le pays.

Les programmes mis en œuvre jusque-là n’ont pas toujours eu les effets escomptés. Parmi les problèmes recensés, on observe notamment sur le plan institutionnel, l’éparpillement des efforts entre différents départements comme le soulignent d’ailleurs nombre de rapports internationaux. La convergence est fort limitée. Les solutions comme l’intermédiation sont loin de constituer une réponse adéquate.

Aujourd’hui encore, vue l’urgence, il s’agit de mettre l’accent sur l’intégration politique, économique, sociale et culturelle des jeunes. La jeunesse a besoin d’être employée, d’être inclue économiquement, dans une activité de production, et non seulement « occupée », autant qu’elle a besoin d’être intégrée politiquement, socialement, culturellement.

Il existe, cependant, des atouts majeurs pour le succès d’une telle démarche: des stratégies sectorielles significatives qui permettent, moyennant un accompagnement efficace, d’absorber une frange significative de jeunes en chômage; des projets structurants mis en place à travers le royaume favorisant le développement des activités économiques autour; des spécificités territoriales à mettre en valeur permettant de créer de la valeur ajoutée et de nouvelles créations d’emploi; la volonté des jeunes à s’intégrer dans des programmes économiques moyennant des outils efficaces d’accompagnement et permettant d’assurer une pérennisation de leurs activités ; un contexte offrant aux jeunes des opportunités d’épanouissement…

 

Plusieurs axes orienteront la rencontre :

  1. Dimensions conceptuelles, théoriques, méthodologiques…

Etat de la littérature disponible; regards croisés…

  1. La jeunesse vue à partir de différents angles des sciences sociales (démographie, sociologie, économie, science politique...) ;
  2. Les dimensions constitutionnelles, institutionnelles, législatives et réglementaires concernant la jeunesse ;
  3. Les stratégies et politiques intéressant la jeunesse ;
  4. Les processus, mécanismes et la culture de l’intégration des jeunes :
  5.  Perspectives de l’action publique pour les jeunes.

 

News-Letter

Dernières publications

 

Qui est en ligne?

Nous avons 49 invités et aucun membre en ligne

compteurs de visites

03029416
Aujourd'hui
Hier
cette semaine
Administratif
ce mois
mois passé
deouis le début
1194
1948
10921
2307344
46939
88158
3029416

Your IP: 54.224.151.24
Server Time: 2018-05-27 19:24:45

en haut

اجتماع المكتب التنفيذي لمركز الدراسات والأبحاث في العلوم الاجتماعية
المقر الجديد لمركز الدراسات والابحاث في العلوم الاجتماعية

Deux adresses du CERSS:
1- Faculté de Sciences Juridiques Economiques et Sociales Rabat-Agdal, Boulevard des Nations Unies, CP. 10080, BP. 721, Agdal, Rabat, Maroc
2- 14, Avenue d'Alger, Immeuble B, Appartement n°3, CP.10020, Hassan, Rabat, Maroc
Tél= 00 212 (0) 537 76 06 76  ---- E-mail: cerss1993@gmail.com

Copyright © 2014. All Rights Reserved.